Sandra VOLNY | LE MONDE EST SONORE POUR QUI VEUT BIEN L’ENTENDRE | Résidence de création

LE MONDE EST SONORE POUR QUI VEUT BIEN L’ENTENDRE | Résidence de création

Sandra VOLNY | Résidence : Montréal (Québec)

RÉSIDENCE | Du 17 septembre au 6 octobre 2023 | Carleton-sur-Mer

Le projet de résidence et d’exposition LE MONDE EST SONORE POUR QUI VEUT BIEN L’ENTENDRE s’appuie sur les bruits de fond naturels qui survivent et persistent sur la Terre, comme un espace auditif d’où émergent des récits appartenant tantôt à l’imaginaire individuel et parfois à l’histoire collective. En alternant entre voir/entendre et écouter/visualiser, le projet explore la frontière — voire le point de tension — entre le son et la vision. Dans un monde sonore, c’est l’ouïe et, plus précisément, l’écoute qui se fraye un chemin pour entendre, comprendre et se rappeler. En révélant et en exposant des voies sonores, trouverons-nous des résonances, des réverbérations et des échos qui témoigneraient d’un état disparu? Quels fragments d’histoires et quels témoignages, que notre vue ne pourrait saisir, percevrons-nous par l’ouïe?

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

L’essentiel de la pratique artistique de Sandra Volny s’articule autour des paysages sonores et de la navigation des espaces par le son. Ses projets examinent la dualité inhérente au son. Une dualité qui positionne le son à cette intersection entre l’acoustique et le visuel, entre ce que l’on entend et l’image que l’on s’en fait. Elle s’intéresse tout particulièrement à ces occurrences, ou à la conscience, qu’à un individu de son environnement qui se construit par le biais du son. Elle utilise le son comme élément déclencheur permettant à l’imaginaire collectif et individuel de se manifester. Au centre de ses recherches se trouve le concept clé de « la survivance des espaces sonores » qu’elle interroge dans ses constellations matérielles, sensorielles et sociales. Son travail ne génère pas toujours du son, mais elle s’intéresse aux manières de canaliser son imagination à travers différentes modalités d’écoute.

L’espace est composé d’ondes sonores, de particules fluides en mouvements qui vibrent à différentes densités et à travers différentes temporalités. En écoutant attentivement son espace, elle tente d’en saisir les variations sensibles afin de voir apparaitre des chemins, des surfaces, des textures qui sont marquées par ce qu’elle qualifie de résidus sonores. Les résidus sonores sont ces restes en suspension dans l’écho, dans la ténuité des espaces, dans le bruit de fond. Ces restes, qui nous donnent des informations sur notre environnement, mais aussi sur nous-mêmes, et nous permettent de nous orienter et de trouver notre chemin.

 

BIOGRAPHIE

Sandra VOLNY | LE MONDE EST SONORE POUR QUI VEUT BIEN L’ENTENDRE | Résidence de création

Crédit photo : Simon Bélair

Sandra Volny est une artiste et chercheuse. Son travail se développe à travers le son, l’image en mouvement, la photographie, la sculpture et le texte qui prennent forme dans des installations, des instruments et des vidéos. Elle a obtenu un doctorat en Arts et Sciences de l’Art de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne en explorant le concept de « la survivance des espaces sonores » dans ses constellations matérielles, sensorielles et sociales. Elle est actuellement artiste en résidence à la Fonderie Darling ainsi que chercheuse postdoctorale au Département des sciences biologiques de l’Université de Montréal et à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle a exposé son travail au Canada et en Europe, notamment à la Fonderie Darling, à Dazibao, au Centre Clark, à la FOFA, au Centre d’Exposition de l’Université de Montréal, à la Galerie Michel Journiac, au Ionion Center for the Arts and Culture, et au Raumlabor 267 – Braunschweig.