ÉLÉGANTE CHAIR | Résidence de création | Soraïda CARON

ÉLÉGANTE CHAIR | Résidence de création

Soraïda CARON | Provenance : Trois-Pistoles (Québec)

Inspirée des oeuvres de la sculptrice Ito Laïla Lefrançois

Présentation publique le 28 mai | Bienvenue à tous!

RÉSIDENCE | 16 / 28 MAI 2021 | Carleton-sur-Mer

ÉLÉGANTE CHAIR explore trois tableaux chorégraphiques inspirés par quatre sculptures de l’artiste de verre rimouskoise Ito Laïla Lefrançois : Can’t stop thinking about love and my body, Caller le caribou, Cheptel & Linceuls et Racines défoliantes. Ces œuvres mi-humaines, mi-paysages interpellent l’artiste par leur cohérence avec son univers. Elles chérissent une obsession pour le corps qui ouvre les chemins de notre vulnérabilité : Soraïda Caron dans la mobilité et Ito Laïla Lefrançois dans l’immobilité. Dans ÉLÉGANTE CHAIR, Caron tente, par différents procédés chorégraphiques, d’unifier les corps aux sculptures afin d’offrir de nouvelles avenues interprétatives. Et si les œuvres immobiles d’Ito Laïla Lefrançois semblaient mobiles ? Et si la danse devenait sculpture ?

 

Les corps semblent immobiles, ancrés dans la terre telle des monuments abstraits. ÉLÉGANTE CHAIR puise sa gestuelle à même les formes sculpturales. Dans cette pièce, la chair et le verre se rencontrent et s’unissent à la découverte de ce langage hybride. Leurs physicalités résonnent l’une dans l’autre comme des entités jumelles. Le corps devient ce territoire improbable mi-humain, mi-paysage où il développe cette autre mouvance, devenant élégante chair.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

Danseuse fougueuse, Soraïda Caron danse parce que cela lui procure immédiatement un sentiment de liberté. Cependant, elle aime restreindre cette fougue par la contrainte : comme si la liberté avait un prix.

 

Comme chorégraphe, elle puise son imaginaire de ses rêves. Le lendemain, certaines images sont si claires dans sa tête, qu’il est facile pour elle de les recréer. Elle attend toujours un peu. Si elle voit que cette image perdure dans sa mémoire, elle la construit. Elle essaie le plus possible de respecter l’image de son rêve : les couleurs, la morphologie du corps du personnage, par exemple. Elle choisit donc l’interprète en fonction de cette image afin d’avoir la version la plus juste de celle rêvée.

 

Physiquement, Soraïda Caron cherche à déconstruire l’image par la contrainte et ces effets sur le corps. Grâce à elle, elle découvre chez le danseur, la danseuse une gestuelle intuitive, dépourvue de code et qui semble provenir d’une certaine origine.

 

Socialement, elle questionne le surréalisme de sa propre contemporanéité, aux réactions humaines face aux secousses de la vie et à la part de vérité dans le geste. Elle est intéressée par la dualité entre le « paraitre » et « l’être » et comment on peut chevaucher physiquement et visuellement de l’un à l’autre.

 

Dans sa pratique, elle cherche à re-naturer le corps humain soit par l’entremise de costume, d’accessoire, de vidéo, de sculpture ou par le mouvement en lui-même. Ces procédés donnent naissance à des formes souvent dépourvues de caractère humain. Elle aime parler ici de corps territoires. Car elle retrouve dans ces explorations des paysages nouveaux ou encore des êtres hybrides.

 

 

BIOGRAPHIE

Soraïda CARON | Portrait

Diplômée d’un baccalauréat en danse contemporaine profil interprétation à l’Université du Québec à Montréal, Soraïda Caron débute sa carrière auprès d’Isabelle Choinière et la compagnie Le Corps Indice avec qui elle participe au festival Enghien-les-Bains en France à deux reprises. Travaillant parallèlement avec d’autres compagnies, elle performe au festival Vues sur la relève et le Fringe de Montréal d’où elle remporte le Prix de la meilleure interprétation féminine en 2003.

 

En 2007, elle retourne dans sa région le Bas-Saint-Laurent et s’installe à Trois-Pistoles. Elle travaille d’abord comme professeure et poursuit son travail d’interprète auprès de Karine Ledoyen et Emmanuel Jouthe. Elle débute également son travail de chorégraphe avec des non-danseurs. Avec eux, elle crée la trilogie Mange-Moi dont mon amour ! MMDMA2 ! et Bigoudis flanelle et moto et présente ses œuvres dans des lieux inédits (salle de conférence, forge, garderie, centre pour personnes âgées, musée, parc et quai).

 

Ayant à cœur le développement professionnel de la danse contemporaine dans sa région, elle obtient le Prix de la relève artistique au Bas-Saint-Laurent en 2011 et fonde en 2015 la compagnie Mars elle danse. Plusieurs fois boursières du Conseil des arts et des lettres du Québec, elle crée : Vodkarl (2016), Patrice dans Gisèl (2017) et Belles Bêtes (2019) qui sera en tournée dans l’est du Québec à l’automne 2021.

Poussant plus loin son désir de promouvoir l’art contemporain en région, elle organise depuis 2018 le Marathon de la création de Trois-Pistoles. Cet événement offre cinq résidences de création en simultanée à cinq artistes professionnels toutes disciplines confondues. Ces résidences sont suivies de présentations sous forme de convoi de marcheurs qui se déplacent d’un lieu à l’autre dans la ville pour y découvrir le résultat du travail des artistes.

 

Soutenue par le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec dans le cadre du programme de partenariat territorial du Bas-Saint-Laurent, elle travaille présentement sur sa nouvelle création, l’exposition chorégraphique ÉLÉGANTE CHAIR en collaboration avec l’artiste de verre Ito Laïla Lefrançois. En 2020, elle est finaliste pour le Prix Artiste de l’année au Bas-Saint-Laurent décerné par le Conseil des arts et des lettres du Québec pour l’ensemble de son travail.

Prix et distinctions :

 

2021 Récipiendaire du programme Explorer et créer, composante Recherche et création – Conseil des arts du Canada

 

2020 Finaliste au Prix Artiste de l’année au Bas-Saint-Laurent – Conseil des arts et des lettres du Québec

 

2020 Récipiendaire du Programme de partenariat territorial du Bas-Saint-Laurent – Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité du Bas-Saint-Laurent. Conseil des arts et des lettres du Québec

 

2017 Récipiendaire du Programme Exploration et déploiement numérique – Conseil des arts et des lettres du Québec

 

2017 Récipiendaire du Programme de partenariat territorial du Bas-Saint-Laurent – Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité du Bas-Saint-Laurent – Conseil des arts et des lettres du Québec

 

2014 Récipiendaire du Programme pour les arts et les lettres du Bas-Saint-Laurent – Conseil des arts et des lettres du Québec, Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent – Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent, Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire du Bas-Saint-Laurent

 

2013-2012 Récipiendaire de la bourse Hommage Emploi Québec – Artiste en formation Semaine Québécoise des adultes en formation en collaboration avec Culture Bas-Saint-Laurent

 

2013-2012 Récipiendaire de la bourse Atelier-Résidence de Création, juillet – Conseil des arts et des lettres du Québec

 

2011 Récipiendaire du prix Relève artistique de Bas-Saint-Laurent – Conseil de la Culture et Caisse de dépôt de Rimouski

 

2010 Récipiendaire de la bourse Fonds relève du Bas-Saint-Laurent – Conseil des arts et des lettres du Québec et Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent

 

2006 Prix pour la meilleure interprétation féminine – Festival Fringe de St-Amboise, Montréal

Liens :

 

Site de l’artiste : marselledanse.com

Page Facebook : facebook.com/soraidacaron